26 avril 2010

L'EAU SERGE LUTENS

Dans sa tour d'argent, Serge Lutens est le premier à sortir une eau inspirée par le savon.

Dans notre dimension, de Sicily à Infusion d'Homme en passant par Cologne de Mugler, c'est le thème le plus rebattu de la décennie. Et cette note de fer chaud ne passe décidément plus.

L'Eau Serge Lutens évite un départ trop hespéridé, mais les surprises s'arrêtent là. Pas de soude, pas de potasse, pas d'astringence ionique ou caustique, juste le fleuri informe et humide d'un déodorant féminin. L'Eau Serge Lutens n'est pas unisexe.

Être anti-quelque chose c'est avoir un avis, une opinion à défendre. Espérons que l'anti-parfum, s'il existe, soit plus revendicatif.

☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Eau de Parfum 50 ml [69 €] et 100 ml [100 €].
SILLAGE ET RÉMANENCE

Je vais sans horizon notoire,
Sans suite et sans idéal presque,
Au gré d’un songe aléatoire,
J’ai pour chemin des arabesques.

Le long de veilles illusoires,
J’ai senti des parfums légers.
La nuit blanche en aurore noire
Insensiblement s’est changée.

Que m’enveloppent ces arômes,
De la nuit, seule survivance,
Chypre, fleurs, bois, poudres et baumes,
Par vagues, légère présence.

Rémanence d’un temps subtil,
Livre ton bouquet et ta fresque,
Verse ta caresse intactile :
Jasmin, santal et arabesque.

David Herschel