13 septembre 2010

BLEU

Après le sensuel, le consensuel.

Égoïste était fabuleux. Un nom provocant, une publicité inoubliable, un parfum cuiré diablement épicé.

Non seulement Bleu n'a rien d'un CHANEL, mais il se contente du minimum syndical. Une base cédrée ultra-prévisible, un accord marin bateau, et cette fraîcheur assommante et monocorde empruntée à Guerlain Homme [dihydromyrcenol].

Jacques Polge signe un produit calibré, et artistiquement nul.

☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Eau de Toilette 50 ml [54 €] et 100 ml [74 €].
SILLAGE ET RÉMANENCE

Je vais sans horizon notoire,
Sans suite et sans idéal presque,
Au gré d’un songe aléatoire,
J’ai pour chemin des arabesques.

Le long de veilles illusoires,
J’ai senti des parfums légers.
La nuit blanche en aurore noire
Insensiblement s’est changée.

Que m’enveloppent ces arômes,
De la nuit, seule survivance,
Chypre, fleurs, bois, poudres et baumes,
Par vagues, légère présence.

Rémanence d’un temps subtil,
Livre ton bouquet et ta fresque,
Verse ta caresse intactile :
Jasmin, santal et arabesque.

David Herschel