22 août 2007

ELEGANCE

Quand élégance rime avec somnolence.

Voilà comment je comptais commencer une critique assassine du dernier Lacoste. Finalement, j'aime beaucoup.

Une ouverture aromatique et surtout originale de thym et de menthe poivrée. Le coeur est viril mais pétillant, avec des notes de poivre noir, de cardamome et de framboise [je suis passé à côté de l'accord "chocolat amer aux accents poudrés", dommage].

Le fond est boisé-acidulé [santal, cèdre et la framboise qui perdure], un petit musc fort sympathique fait également une apparition.

A ma grande surprise, un jus moderne et enjoué.

★ ★ ★ ☆ ☆

Eau de Toilette 50 ml [50 €] et 90 ml [66 €].
SILLAGE ET RÉMANENCE

Je vais sans horizon notoire,
Sans suite et sans idéal presque,
Au gré d’un songe aléatoire,
J’ai pour chemin des arabesques.

Le long de veilles illusoires,
J’ai senti des parfums légers.
La nuit blanche en aurore noire
Insensiblement s’est changée.

Que m’enveloppent ces arômes,
De la nuit, seule survivance,
Chypre, fleurs, bois, poudres et baumes,
Par vagues, légère présence.

Rémanence d’un temps subtil,
Livre ton bouquet et ta fresque,
Verse ta caresse intactile :
Jasmin, santal et arabesque.

David Herschel