19 mai 2008

ECLAT D'ARPEGE

Une des pires déclinaisons de toute l'histoire de la parfumerie.

Ce n'est pas qu'Eclat d'Arpège de Lanvin sente mauvais, au contraire, j'aime beaucoup ces notes de citron et de pomme sur un cèdre transparent et musqué.

Donner une "suite" à un parfum célèbre c'est déjà une mauvaise idée, mais succéder à un classique intemporel comme Arpège avec un parfum aussi honteusement similaire à un autre [en l'occurence Light Blue], c'est piétiner un héritage, et faire preuve d'un cynisme et d'un opportunisme sans limite.

Lanvin est créativement à la dérive, c'est officiel.

☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Eau de Parfum 50 ml [50 €] et 100 ml [72 €].
SILLAGE ET RÉMANENCE

Je vais sans horizon notoire,
Sans suite et sans idéal presque,
Au gré d’un songe aléatoire,
J’ai pour chemin des arabesques.

Le long de veilles illusoires,
J’ai senti des parfums légers.
La nuit blanche en aurore noire
Insensiblement s’est changée.

Que m’enveloppent ces arômes,
De la nuit, seule survivance,
Chypre, fleurs, bois, poudres et baumes,
Par vagues, légère présence.

Rémanence d’un temps subtil,
Livre ton bouquet et ta fresque,
Verse ta caresse intactile :
Jasmin, santal et arabesque.

David Herschel