11 septembre 2008

MAGNIFIQUE

Jacques Cavallier and Olivier Cresp ne m'ont pas déçu. J'attendais un fiasco, me voilà servi.

Magnifique de Lancôme c'est tout d'abord l'ouverture la plus désagréable depuis longtemps, incompréhensible, aigre, chimique. Un vrai chemin de croix.

Puis une rose miellée très vite phagocytée par l'accord sébum de Nina. Cet accord cheveux sales, est ici boisé, satiné à la manière de Trésor.

Elle, Nina, Magnifique... espérons que ce soit la fin d'une trilogie, pas le début d'une saga!

☆ ☆ ☆ ☆

Eau de Parfum 30 ml [50 €] 50 ml [74 €] et 75 ml [86 €].
SILLAGE ET RÉMANENCE

Je vais sans horizon notoire,
Sans suite et sans idéal presque,
Au gré d’un songe aléatoire,
J’ai pour chemin des arabesques.

Le long de veilles illusoires,
J’ai senti des parfums légers.
La nuit blanche en aurore noire
Insensiblement s’est changée.

Que m’enveloppent ces arômes,
De la nuit, seule survivance,
Chypre, fleurs, bois, poudres et baumes,
Par vagues, légère présence.

Rémanence d’un temps subtil,
Livre ton bouquet et ta fresque,
Verse ta caresse intactile :
Jasmin, santal et arabesque.

David Herschel