23 mai 2011

YUZU MAN

Une patate chaude. Voilà à quoi ressemble Caron depuis son rachat par le groupe Ales en 1998. Personne ne semble capable de synchroniser cette Maison avec le marché actuel. Depuis 13 ans, un parfum à la hauteur de ce formidable héritage se fait désespérément attendre.

Entre deux reformulations, un masculin quand même. Citron, verveine, et un soupçon de calone pour une ouverture dynamique et joyeuse, avant que Yuzu Man ne rentre dans le rang : un cèdre trop circonspect, un boisé inoffensif, une absence quasi-totale de sensualité.

Cologne mignonnette et oubliable.

☆ ☆ ☆ ☆

Eau de Toilette 75 ml [55 €] et 125 ml [75 €].
SILLAGE ET RÉMANENCE

Je vais sans horizon notoire,
Sans suite et sans idéal presque,
Au gré d’un songe aléatoire,
J’ai pour chemin des arabesques.

Le long de veilles illusoires,
J’ai senti des parfums légers.
La nuit blanche en aurore noire
Insensiblement s’est changée.

Que m’enveloppent ces arômes,
De la nuit, seule survivance,
Chypre, fleurs, bois, poudres et baumes,
Par vagues, légère présence.

Rémanence d’un temps subtil,
Livre ton bouquet et ta fresque,
Verse ta caresse intactile :
Jasmin, santal et arabesque.

David Herschel