11 juin 2012

TUBÉREUSE CRIMINELLE

Le plus sidérant, le plus saisissant contraste de toute la parfumerie. L'envolée camphrée des premières minutes en laissera plus d'un sur le carreau. Vraiment.

Glaciale, mentholée, presque médicamenteuse, cette ouverture d'anthologie, ce choc olfactif et cognitif a l'effet d'une bombe. Émergeant du chaos, la fleur n'en est que plus fascinante.

Néo-romantique, la tubéreuse troque ses atours sucrés pour une armure de styrax et d'épices.

On l'aime, on la craint, la confusion est grisante. Et pour la première fois, elle est aussi à l'aise sur une peau d'homme.

★ ★ ★ ★

Eau de Parfum 50 ml [99 €] et 75 ml [130 €].
SILLAGE ET RÉMANENCE

Je vais sans horizon notoire,
Sans suite et sans idéal presque,
Au gré d’un songe aléatoire,
J’ai pour chemin des arabesques.

Le long de veilles illusoires,
J’ai senti des parfums légers.
La nuit blanche en aurore noire
Insensiblement s’est changée.

Que m’enveloppent ces arômes,
De la nuit, seule survivance,
Chypre, fleurs, bois, poudres et baumes,
Par vagues, légère présence.

Rémanence d’un temps subtil,
Livre ton bouquet et ta fresque,
Verse ta caresse intactile :
Jasmin, santal et arabesque.

David Herschel