21 juin 2007

MUSK

L'utilisation systématique de l'alcool dans la parfumerie est finalement assez récente. Pendant des millénaires, du Caire à Babylone, les parfums étaient avant tout des huiles.

Les huiles pures n'ont pour moi que des avantages: pas de notes de tête alcoolisées [qui brûlent les narines], souvent plus concentrées qu'un extrait de parfum, la tenue est parfaite, et surtout, elles sont beaucoup plus charnelles et sensuelles qu'une simple eau de toilette. Appliquée aux points de pulsation, une huile de parfum fond littéralement sur la peau pour un sillage vraiment unique.

Musk de Lorenzo Villoresi est un monument. La fusion de cet héritage oriental et de la Haute Parfumerie italienne. Le tourbillon d'une rose ancienne et d'un santal de Mysore, sur un musc velouté, dense, et brûlant. L'accord poudré typique de la Maison Villoresi donne à cette composition de 1995, 100 ans d'histoire et d'émotion.

Un immense parfum.

★ ★ ★ ★ ★

Huile de Parfum 30 ml [140 €]. info@lorenzovilloresi.it
SILLAGE ET RÉMANENCE

Je vais sans horizon notoire,
Sans suite et sans idéal presque,
Au gré d’un songe aléatoire,
J’ai pour chemin des arabesques.

Le long de veilles illusoires,
J’ai senti des parfums légers.
La nuit blanche en aurore noire
Insensiblement s’est changée.

Que m’enveloppent ces arômes,
De la nuit, seule survivance,
Chypre, fleurs, bois, poudres et baumes,
Par vagues, légère présence.

Rémanence d’un temps subtil,
Livre ton bouquet et ta fresque,
Verse ta caresse intactile :
Jasmin, santal et arabesque.

David Herschel