30 novembre 2007

PADPARADSCHA

Depuis 4 ou 5 ans, on assiste à un revirement surprenant: les parfums dits masculins sont parsemés d'accords floraux, alors que les parfums dits féminins exultent le bois et les épices.

Padparadscha [qui empreinte son nom et sa couleur à un saphir rose-orangé très rare] de Satellite, incarne tout à fait cette tendance. Beaucoup de fragrances proposent des notes fraîches en tête, suivies de notes chaudes en fond. Padparadscha opte pour le schéma inverse.

Le départ est formidablement épicé et ardent, je détecte du poivre, du piment et surtout une dose généreuse de clou de girofle. Puis viennent des notes boisées de cèdre et de santal, admirables car sèches et intègres: rien n'est fait pour rendre Padparadscha artificiellement "sympathique". D'où mon immédiat et profond respect.

Ambitieux et singulier, le parfum d'une Alpha woman.

★ ★ ★ ★

Eau de Parfum 100 ml [59 €]. satellite@satellite.fr
SILLAGE ET RÉMANENCE

Je vais sans horizon notoire,
Sans suite et sans idéal presque,
Au gré d’un songe aléatoire,
J’ai pour chemin des arabesques.

Le long de veilles illusoires,
J’ai senti des parfums légers.
La nuit blanche en aurore noire
Insensiblement s’est changée.

Que m’enveloppent ces arômes,
De la nuit, seule survivance,
Chypre, fleurs, bois, poudres et baumes,
Par vagues, légère présence.

Rémanence d’un temps subtil,
Livre ton bouquet et ta fresque,
Verse ta caresse intactile :
Jasmin, santal et arabesque.

David Herschel