05 avril 2008

FIVE O'CLOCK AU GINGEMBRE

Serge Lutens en pilotage automatique.

La recette est désormais simple: un ingrédient [cannelle, amande, noix de cajou, gingembre...] décliné un peu mécaniquement et avec une prudence parfois décevante.

Le gingembre ouvre et ferme cette composition, comme d'habitude magnifiquement texturée. D'abord frais [allié à la bergamote], il se corse sur un thé fumé et épicé, pour finalement se confire sur un lit boisé, animalisé par une goutte de miel. A la fois timoré et très masculin, Five O’Clock au Gingembre m'évoque Bel Ami.

Agréable, mais tellement prévisible.

★ ★ ★ ☆ ☆


Eau de Parfum 50 ml [82 €].
SILLAGE ET RÉMANENCE

Je vais sans horizon notoire,
Sans suite et sans idéal presque,
Au gré d’un songe aléatoire,
J’ai pour chemin des arabesques.

Le long de veilles illusoires,
J’ai senti des parfums légers.
La nuit blanche en aurore noire
Insensiblement s’est changée.

Que m’enveloppent ces arômes,
De la nuit, seule survivance,
Chypre, fleurs, bois, poudres et baumes,
Par vagues, légère présence.

Rémanence d’un temps subtil,
Livre ton bouquet et ta fresque,
Verse ta caresse intactile :
Jasmin, santal et arabesque.

David Herschel