16 août 2008

HABANITA

Lancé par Molinard en 1921, ce parfum reste étonnant et subversif.

Dans ce flacon noir signé Lalique, un coeur floral et féminin de rose et de jasmin, puis surprise, du vétiver à haute dose... Un parfum mystérieux entre douceur et poigne.

Ses notes poudrées, coquettes et délicates, cachent l'arsenal d'une séductrice qui ne plaisante pas. Dans une main son fouet [l'odeur lascive et animale d'un cuir souple], et dans l'autre un cigare [l'arôme d'un tabac âpre, fumé, puis luxueusement vanillé].

Fabuleux. Inoubliable. Et déconseillé aux âmes sensibles.

★ ★ ★ ★ ★

Eau de Parfum 75 ml [91 €].
SILLAGE ET RÉMANENCE

Je vais sans horizon notoire,
Sans suite et sans idéal presque,
Au gré d’un songe aléatoire,
J’ai pour chemin des arabesques.

Le long de veilles illusoires,
J’ai senti des parfums légers.
La nuit blanche en aurore noire
Insensiblement s’est changée.

Que m’enveloppent ces arômes,
De la nuit, seule survivance,
Chypre, fleurs, bois, poudres et baumes,
Par vagues, légère présence.

Rémanence d’un temps subtil,
Livre ton bouquet et ta fresque,
Verse ta caresse intactile :
Jasmin, santal et arabesque.

David Herschel