12 octobre 2009

FILLE EN AIGUILLES

Travail louable sur un thème difficile, Fille en Aiguilles n'évite pas les falbalas.

Le pin fait partie de ces notes maudites, cantonnées aux désodorisants et autres parfums d'ambiance. Pour éviter toute infortune, et comme souvent chez Serge Lutens [même s'il s'en défend], c'est la voie de la gourmandise qui est choisie. La pinède évoquée est donc celle d'une boîte La Vosgienne. Le coeur du parfum est plus intéressant: un encens boisé, terreux, une fumée ensorcelante, Serge Noire sans pyrotechnie.

Le final est doucereux, des fruits confits qu'on trouvera soit emblématiques de la maison, soit invariables et lassants.

★ ★ ★ ☆ ☆

Eau de Parfum Haute Concentration 50 ml [99 €].
SILLAGE ET RÉMANENCE

Je vais sans horizon notoire,
Sans suite et sans idéal presque,
Au gré d’un songe aléatoire,
J’ai pour chemin des arabesques.

Le long de veilles illusoires,
J’ai senti des parfums légers.
La nuit blanche en aurore noire
Insensiblement s’est changée.

Que m’enveloppent ces arômes,
De la nuit, seule survivance,
Chypre, fleurs, bois, poudres et baumes,
Par vagues, légère présence.

Rémanence d’un temps subtil,
Livre ton bouquet et ta fresque,
Verse ta caresse intactile :
Jasmin, santal et arabesque.

David Herschel