14 juin 2010

TUBEREUSE 3

L'union d'une fleur narcotique et d'un tabac addictif. Gare à la dépendance.

Tubéreuse 3 d'Histoires de Parfums n'est pas une senteur discrète, elle explose, elle irradie. La tubéreuse y est lascive et mystérieuse grâce à une larme d'immortelle. D'abord caramélisé, miellé [mais pas vanillé] le tabac se fait plus dense et révèle une pointe de testostérone. La fleur séductrice se masculinise et brouille les pistes. Les effluves se frôlent, se touchent, s'interpénètrent. Une volute d'encens sacralise cette étreinte, et des nuances entre curry et réglisse persistent sur la peau 24 heures après pulvérisation.

Une tubéreuse différente et fumée.

★ ★ ★ ☆ ☆

Eau de Parfum 120 ml [130 €].
SILLAGE ET RÉMANENCE

Je vais sans horizon notoire,
Sans suite et sans idéal presque,
Au gré d’un songe aléatoire,
J’ai pour chemin des arabesques.

Le long de veilles illusoires,
J’ai senti des parfums légers.
La nuit blanche en aurore noire
Insensiblement s’est changée.

Que m’enveloppent ces arômes,
De la nuit, seule survivance,
Chypre, fleurs, bois, poudres et baumes,
Par vagues, légère présence.

Rémanence d’un temps subtil,
Livre ton bouquet et ta fresque,
Verse ta caresse intactile :
Jasmin, santal et arabesque.

David Herschel