16 janvier 2012

CARITA

Alberto Morillas fait d'une petite fleur, un grand parfum.

La violette est ici amandée par l'héliotrope, subtilement confite, généreusement poudrée par l'iris. Mais surtout, l'accord floral possède un éclat remarquable : des aldéhydes et la fameuse Paradisone de Firmenich assurent à Carita une brillance particulière. Comme si la fleur était sur un piédestal de lumière, caressée par un vent de montagne. Des vibrations, et une émotion, qui perdurent longtemps.

Morillas retrouve la magie de Flower et d'essence. L'équilibre parfait entre une féminité un brin nostalgique, et une modernité renversante.

★ ★ ★ ★

Eau de Parfum 50 ml [65 €] et 100 ml [84 €].
SILLAGE ET RÉMANENCE

Je vais sans horizon notoire,
Sans suite et sans idéal presque,
Au gré d’un songe aléatoire,
J’ai pour chemin des arabesques.

Le long de veilles illusoires,
J’ai senti des parfums légers.
La nuit blanche en aurore noire
Insensiblement s’est changée.

Que m’enveloppent ces arômes,
De la nuit, seule survivance,
Chypre, fleurs, bois, poudres et baumes,
Par vagues, légère présence.

Rémanence d’un temps subtil,
Livre ton bouquet et ta fresque,
Verse ta caresse intactile :
Jasmin, santal et arabesque.

David Herschel