01 juillet 2017

AMBRE D'ALEXANDRIE


Les perfumistas le savent bien: il n'y a pas de fragrance trop lourde pour l'été. Il n'y a que la main qui est lourde, parfois.

Un bijou comme Ambre d'Alexandrie de Boucheron est juste incroyable quand la température monte. La chaleur permet presque de visualiser les notes en 3D. Le parfum entoure et protège, littéralement.

Sur la peau, l'ambre, mais surtout un tabac doux-amer, dessinent des arabesques invisibles. Un accord miellé, résineux, légèrement chypré. Le final est une vanille majestueuse, à la tenue record, qui tire sur le benjoin et donc peu sucrée.

Pharaonique.

★ ★ ★ ★

Eau de Parfum 125 ml [210 €].
SILLAGE ET RÉMANENCE

Je vais sans horizon notoire,
Sans suite et sans idéal presque,
Au gré d’un songe aléatoire,
J’ai pour chemin des arabesques.

Le long de veilles illusoires,
J’ai senti des parfums légers.
La nuit blanche en aurore noire
Insensiblement s’est changée.

Que m’enveloppent ces arômes,
De la nuit, seule survivance,
Chypre, fleurs, bois, poudres et baumes,
Par vagues, légère présence.

Rémanence d’un temps subtil,
Livre ton bouquet et ta fresque,
Verse ta caresse intactile :
Jasmin, santal et arabesque.

David Herschel