13 octobre 2008

JOHN GALLIANO

Adepte des collages [qui lui réussissent dans la mode], John Galliano apporte ses différentes idées à la pauvre Christine Nagel, chargée d'en assurer la cohésion.

Seulement un parfum c'est la vision d'un artiste parfumeur, pas un assemblage de bric et de broc.

Le cahier des charges a été respecté: les aldéhydes stridents, la rose grandiloquente, l'odeur du fer chaud sur les vêtements, l'accord poudré. Un panache indéniable, mais quelle absence de douceur, quel manque de sentiment!

Galliano, passionné par les poules de luxe, nous offre un parfum sexuellement agressif, mais sans substance, le tout dans un flacon qui fait peur.

Une vulgarité assumée, avis aux amatrices.

☆ ☆ ☆ ☆

Eau de Parfum 40 ml [60 €] 60 ml [80 €] et 90 ml [100 €].
SILLAGE ET RÉMANENCE

Je vais sans horizon notoire,
Sans suite et sans idéal presque,
Au gré d’un songe aléatoire,
J’ai pour chemin des arabesques.

Le long de veilles illusoires,
J’ai senti des parfums légers.
La nuit blanche en aurore noire
Insensiblement s’est changée.

Que m’enveloppent ces arômes,
De la nuit, seule survivance,
Chypre, fleurs, bois, poudres et baumes,
Par vagues, légère présence.

Rémanence d’un temps subtil,
Livre ton bouquet et ta fresque,
Verse ta caresse intactile :
Jasmin, santal et arabesque.

David Herschel