01 décembre 2012

ROSE D'ARABIE


Si les exemples de roses modernes ne manquent pas [Stella, Chloé, ou essence de Narciso Rodriguez] elles sont toutes aériennes et fraîches. C'est beaucoup plus délicat de manier la rose de Damas, et son opulence rococo, sans tomber dans les poncifs du genre.

Avec Rose d'Arabie, la collection Armani Privé s'enrichit d'une fresque dénuée de notes poudrées, de clin d'oeil au passé, de nostalgie superflue.

La composition, ourlée de patchouli, regorge de nuances chyprées à la fois douces [un ambre miellé], et bigrement lascives [bois de oud, cashméran]. L'évolution est veloutée, dense, mais reste illuminée par des épices fusantes.

Des épices qui donnent à Rose d'Arabie un côté unisexe. Énorme sillage. Très belle tenue.

★ ★ ★ ★

Eau de Parfum 100 ml [220 €].
SILLAGE ET RÉMANENCE

Je vais sans horizon notoire,
Sans suite et sans idéal presque,
Au gré d’un songe aléatoire,
J’ai pour chemin des arabesques.

Le long de veilles illusoires,
J’ai senti des parfums légers.
La nuit blanche en aurore noire
Insensiblement s’est changée.

Que m’enveloppent ces arômes,
De la nuit, seule survivance,
Chypre, fleurs, bois, poudres et baumes,
Par vagues, légère présence.

Rémanence d’un temps subtil,
Livre ton bouquet et ta fresque,
Verse ta caresse intactile :
Jasmin, santal et arabesque.

David Herschel