01 mars 2013

LA FILLE DE BERLIN


Une fragrance ambiguë et fatale, dont seul Serge Lutens a le secret.

La Fille de Berlin est un agent double, une Mata Hari en mission. De prime abord, elle cache sa féminité sous une armure d'acier, une cote de mailles aux relents métalliques.

D'ailleurs comment ne pas y voir, entre l'aspect ferrique et cette couleur rouge, un hommage à la nature même des femmes? Une évocation du sang qui les a stigmatisées pendant des siècles, opprimées par les superstitions et l'obscurantisme.

La Fille de Berlin
c'est les premiers pas de cette femme moderne, début XXe, avec une rose généreusement miellée et datée de l'époque.

Toujours disposée à aimer, elle n'a plus l'intention d'être une victime.

★ ★ ★ ★

Eau de Parfum 50 ml [82 €].
SILLAGE ET RÉMANENCE

Je vais sans horizon notoire,
Sans suite et sans idéal presque,
Au gré d’un songe aléatoire,
J’ai pour chemin des arabesques.

Le long de veilles illusoires,
J’ai senti des parfums légers.
La nuit blanche en aurore noire
Insensiblement s’est changée.

Que m’enveloppent ces arômes,
De la nuit, seule survivance,
Chypre, fleurs, bois, poudres et baumes,
Par vagues, légère présence.

Rémanence d’un temps subtil,
Livre ton bouquet et ta fresque,
Verse ta caresse intactile :
Jasmin, santal et arabesque.

David Herschel