01 juin 2013

KISS ME TENDER


Après les mémorables Teint de Neige de Villoresi, Rahät loukoum de Lutens, Mi Fa de Reminiscence, ou Castelbajac, Patricia de Nicolaï s'essaie au parfum amandé, et le projet capote.

Comme souvent chez Nicolaï, l'écriture est paresseuse, l'exécution scolaire. Les ingrédients semblent littéralement tombés dans le domaine public. Un voile terne recouvre la vanille et l'héliotrope. La note ylang-ylang, âpre et rugueuse, est complètement démodée.

Le plus fatiguant est cette manie de mentionner à tout-va la parenté de la créatrice avec la famille Guerlain [jusqu'à l'étui du parfum!]. Indigne d'une maison qui, au bout de 20 ans, devrait avoir trouvé sa propre identité.

☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Eau de Parfum 30 ml [40 €] 100 ml [101 €] et 250 ml [166 €].
SILLAGE ET RÉMANENCE

Je vais sans horizon notoire,
Sans suite et sans idéal presque,
Au gré d’un songe aléatoire,
J’ai pour chemin des arabesques.

Le long de veilles illusoires,
J’ai senti des parfums légers.
La nuit blanche en aurore noire
Insensiblement s’est changée.

Que m’enveloppent ces arômes,
De la nuit, seule survivance,
Chypre, fleurs, bois, poudres et baumes,
Par vagues, légère présence.

Rémanence d’un temps subtil,
Livre ton bouquet et ta fresque,
Verse ta caresse intactile :
Jasmin, santal et arabesque.

David Herschel